Dans quel état est la terre d'Armorique?

Publié le par Barbara Mai

 

"Les dernières analyses officielles d'animaux morts dans l'estuaire du Gouessant en Bretagne ont confirmé l'implication de l'hydrogène sulfuré émis par les algues vertes en putréfaction, dans l'hécatombe de 36 sangliers survenue en juillet dans les Côtes-d'Armor."

Info rédaction, publiée le 08 août 2011

 

http://www.maxisciences.com/algue-verte/sangliers-morts-l-039-implication-des-algues-vertes-se-confirme_art16197.html

 

 

http://img1.mxstatic.com/algue-verte/photo-de-sanglier-mort_31881_w460.jpg

 

 

Suite à cette hécatombe de sangliers, je me demande dans quel état sont les terres des Cotes d'Armor et son eau....

 

Il serait naïf d'imaginer que ce qui tue ces cochons sauvages ne soient ni dans les terres ni dans les porcs d'élevage d'une manière ou d'une autre...

 

 

 

 

http://www.liberation.fr/terre/01012352435-vague-a-l-algue-agricole-en-bretagne

 

«Dès qu’arrive ce genre d’évènements, on est pris pour cible, se désespère un agriculteur de la baie de Saint-Brieuc, où ont été ramassés depuis début juillet 36 sangliers et marcassins. Y’en a vraiment ras-le-bol. Au collège, ma fille n’ose même plus dire que son père est paysan, elle a honte.»

 

«Les gens n’ont plus aucun respect pour l’agriculture. Mais moi, j’ai une famille, des enfants et j’ai envie de vivre comme tout le monde.»

 

«On peut travailler ensemble, mais on ne voit pas les choses de la même façon. La plupart des agriculteurs, ici, n’ont qu’une obsession : le rendement, produire toujours plus.» Lui préfère privilégier un certain équilibre, «même si [ses] vaches produisent un peu moins de lait que celles du voisin». Il dit : «L’autre jour, j’ai vu un semi-remorque avec une quinzaine de tonnes d’ammonitrates, de l’engrais chimique, dans une cour de ferme. Personnellement je n’en utilise qu’une tonne par an.»

 

L’agriculture intensive a réussi à sortir la Bretagne de la misère, mais elle ne sait plus s’arrêter.»

 

«On fait tout ce qu’on nous dit de faire et on nous accuse encore, on n’y comprend plus rien."

 

 

 

Ce modèle a été utile en son temps. Grâce à lui nos conditions de vie se sont améliorées.

 

« Il y a toujours les intégristes qui vont protester et on n'entend qu'eux. Plus c'est excessif, plus on leur donne la parole », a anticipé le président de la République dans l'attente des réactions aux annonces qu'il a faites depuis le littoral breton.

 

Comment se fait-il que les agriculteurs s'arrogent le droit de vie et de mort sur le reste de la population?

 

36 cadavres de sangliers cette année. Qu'en sera-t-il l'année prochaine? Modernisation?!!

 

Je suis étonnée que les agriculteurs ne se préoccupent pas plus que ça de l'avenir de leurs propres enfants. Un jour il reprendront l'activité de leurs parents. Dans quel état?

 

 

 

http://www.images.hachette-livre.fr/media/imgArticle/FAYARD/2011/9782213656038-G.jpg

 


    " Vous souvenez-vous des Shadoks, ces étranges oiseaux qui passaient leur vie à pomper, pomper, pomper et à inventer des machines toujours plus absurdes ? Les Shadoks, aujourd’hui, c’est nous, ou plutôt notre agriculture. Malgré son coût prohibitif, celle-ci ne respecte ni le pacte social qui la lie aux paysans, ni le pacte environnemental qui la lie aux générations futures, ni même le pacte de santé publique qui la lie à chacun de nous. Les ressources d’eau sont gaspillées, polluées. Nous recevons chaque jour dans nos assiettes notre dose de pesticides et autres résidus médicamenteux. L’agriculteur ne s’en sort plus, et il est injustement voué aux gémonies, lui qui n’est que le bouc émissaire d’un système qu’il subit. La confiance est rompue.


     Pendant deux ans, Isabelle Saporta a parcouru les campagnes françaises. Dans cette enquête, elle met au jour l’absurdité du système, en le remontant de la fourche à la fourchette, du cours d’eau pollué aux cancers environnementaux provoqués par les pesticides, des animaux trop traités à l’antibiorésistance.


     La conclusion semble s’imposer : puisque notre agriculture pose plus de problèmes qu’elle n’en résout, il est urgent de changer de cap et de revenir à davantage de raison. Mais si tout le monde s’accorde sur le constat d’échec, aucun responsable politique ne veut prendre le risque de s’attaquer aux fondements de l’agriculture intensive.


     Loin de se contenter de brosser un tableau alarmiste, Isabelle Saporta avance des solutions simples. Pour les trouver, il suffit de savoir écouter ceux qui connaissaient le monde avant son délire productiviste. Ceux qui, aujourd’hui, travaillent d’arrache-pied à remettre les champs dans les sillons du bon sens paysan."


http://perso.numericable.fr/~gabuzo38/devises/d_04.jpg

 

 

 

Bah maintenant qu'il a été découvert de l'eau sur mars, on va p'être l'importer de là-bas pour faire face à la pénurie d'eau potable?

 

 

http://s1.lemde.fr/image/2011/08/05/540x270/1556364_3_93b4_de-l-eau-liquide-pourrait-avoir-ete-decouverte.jpg

 


http://bretagne.europe-ecologie.net/files/2010/11/arbrEE.png

 

Propositions d'Eva Joly:

http://evajoly.fr/2011/08/05/algues-vertes-une-nouvelle-preuve-des-ravages-du-productivisme-agricole/

 

 

"....L’eurodéputée a dénoncé le déni de réalité du président Nicolas Sarkozy qui refuse de reconnaître le poids des faits, notamment par la voie du Préfet qui conteste le lien de causalité entre l’hydrogène sulfuré dégagé et la mort des trente-six sangliers.

 

En outre, Eva Joly a une nouvelle fois mis en cause les ravages du modèle agricole productiviste imposé aux agriculteurs bretons, qui en sont les premières victimes et dont le revenu moyen annuel ne dépasse pas les 12500 € (ce qui les place en avant dernière position en terme de rémunération dans toute la France). Sur les  600 millions € de primes issues de la Politique Agricole Commune (PAC) versés en Bretagne, 120 millions bénéficient au secteur agro-alimentaire, dont la moitié au seul Charles Doux, a-t-elle indiqué.

 

Pour Eva Joly, la gravité des faits devrait conduire le préfet à prendre des mesures immédiates  adaptées à la situation sanitaire, pour éviter de se retrouver dans une situation de mise en danger de la vie d’autrui."

 

 

La candidate d’EE-LV propose

 

1) Qu’il soit procédé  immédiatement à la réduction de 50% de l’usage des engrais minéraux dans l’agriculture intensive, et de 80% sur cinq ans. Elle propose que soit mise en œuvre une politique d’adéquation entre l’équilibre de la production animale et de la surface disponible pour l’épandage.

 

2) Eva Joly propose que soit abrogée la Loi de Modernisation Agricole (LMA). Elle a affirmé que l’on ne change les pratiques agricoles que si l’on change les politiques agricoles.

 

3) La candidate d’EELV propose enfin que les 120 millions € du premier pilier de la PAC soient transférés au second pilier et ainsi octroyés aux paysans, sous conditions de critères agro-environnementaux et sociaux."


 

http://evajoly.fr/wp-content/uploads/2011/05/pourmoicesteva-150.pnghttp://evajoly.fr/wp-content/uploads/2011/05/pourmoicesteva-150.png

http://evajoly.fr/wp-content/uploads/2011/05/pourmoicesteva-150.pnghttp://evajoly.fr/wp-content/uploads/2011/05/pourmoicesteva-150.png

Commenter cet article

La Fouine Qui Chouine 09/08/2011



«Je me fous des Bretons»


Nicolas SARKOZY, Août 2007


ça a au moins le mérite d'être clair!


Et en plus c'est le rocher d'en bas qui récolte les subventions:


http://www.observatoiredessubventions.com/2010/le-prince-albert-de-monaco-touche-253-986-euros-de-subvention-de-bruxelles



La Fouine Qui Chouine 09/08/2011



AGRICULTURE ET SUBVENTION PAC:


"Le prince Albert de Monaco reçoit une subvention de 253 986 euros de Bruxelles pour son soutien aux cultures « propres » et aux pratiques en faveur de
l’environnement."






Cécile 09/08/2011



Dès qu'on a à faire avec des intérèts "financiers", ce n'est surtout pas la faute da quiconque ... La pollution est un thème politique et culturel qui dérange presque autant
que le chômage, les finances, et les "passe-droits", mais auquel, malheureusemnt, on arrive trop souvent à trouver un responsable qui n'est pas forcément ni le bon, ni le seul  ...




Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog